Bilan des sorties 2e semestre 2014

Bilan des activités du CPN : année 2014-2015


  24 janvier : affût mangeoire (11p)
Malgré l’absence de neige et de grand froid, les oiseaux étaient nombreux à la mangeoire au verger. Après avoir distribué des pommes et des graines de tournesol, nous nous sommes installés dans un affût installé à quelques mètres seulement. Nous avons admiré le manège des oiseaux qui venaient s’alimenter et leurs interactions. Nous avons pu dénombrer :
- une femelle de Pic épeiche,
- une femelle de Pic épeichette,
- une dizaine de Merles noirs (dont au moins 3 femelles, 3 jeunes mâles et 3 vieux mâles),
- deux Sitelles torchepots,
- une dizaine de Mésanges charbonnières (en différenciant mâles et femelles),
- une dizaine de Mésanges bleues,
- quelques Mésanges nonnettes,
- une Mésange boréale,
- un Pinson des arbres,
- un Verdier d’Europe,
- un Grosbec casse-noyaux.
Ensuite, nous nous sommes réchauffés autour d’un feu en sirotant du jus de pomme chaud et en dégustant quelques bouts de lard grillés.


11 janvier : balade solidaire (28p)
Suite aux événements tragiques qui ont eu lieu à Paris, nous avons choisi de nous retrouver et de faire une marche  pour être ensemble tout simplement… Ce fut un moment très agréable qui fut achevé par le partage des galettes, toutes aussi bonnes les unes que les autres (merci aux pâtissières !).


10 janvier : préparation de la nuit de la chouette (25p)
Cette année,  nous avons choisi de faire plusieurs actions en faveur des rapaces nocturnes :
- Action de protection : La plupart des espèces de rapaces nocturnes sont en diminution, notamment à cause de la perte des leur habitat. C’est pour cette raison que nous avons décidé de fabriquer un nichoir pour la Chouette chevêche. Nous avons utilisé des plans issus d’internet http://nichoirs.net et du livre « Nichoirs & Cie » de B. Bertrand et T. Laversin. Merci à Aurélie qui nous a fourni les planches.
- Information et sensibilisation du public : Le CPN participera à la nuit de la chouette qui aura lieu le 4 avril. Il y aura une conférence suivie d’une sortie nocturne. Pour annoncer cette activité, un petit groupe a réalisé un Tuto qui sera bientôt visible.


2 janvier : Nature au cinéma (12p)
Nous avons assisté à une projection du film Nature en 3D au cinéma d’Epinal. De bien belles images de la faune africaine !


20 décembre : balade (16p)
Pour la dernière journée de l’année, nous nous sommes baladés à l’étang d’Essegney puis nous avons mangé les gâteaux confectionnés par chacun.


7 décembre : jardin (15p)
Après quelques années d’abandon, le jardin du CPN était dans un triste état. Les ronces et les orties avaient envahi les parterres qui accueillaient jadis les fleurs et les légumes.
Nous nous sommes armés de serpes, de haches, de scies et de débroussailleuses pour nettoyer ces plantes indésirables. Nous avons même utilisé un tire-fort pour arracher quelques arbres.
Après ce dur labeur, des gâteaux et du vin chaud furent servis pour fêter la St Nicolas.

22/23 novembre : we au Der (22p)


8 novembre : Essey-la-Côte (15p)
Nous nous sommes rendus à Essey-la-Côte pour explorer le volcan éteint. En cherchant un peu sur Internet, on apprend qu’il s'agit d'un ancien volcan culminant à 415 m et qui s'est formé il y a environ 27 millions d'années lors de l’effondrement du fossé rhénan. Depuis le village, nous avons vu que la « côte » a bien la forme conique des volcans.
Nous avons gravi les 100 m de dénivelé qui séparent le village du sommet. Dans les champs, nous avons trouvé des pierres noires. C’était du basalte qui a jailli du volcan. Cette roche volcanique a refroidi vite et les cristaux n’ont pas eu le temps de se former. Nous en avons cassées quelques-unes pour en apprécier la texture de la cassure et la couleur noir mat avec quelques pointes d’olivine verte.
Puis nous avons profité de la belle vue à 360° au soleil couchant :
- Au nord : les hauts quartiers de Nancy.
- A l’est : toutes la chaîne des Vosges depuis le Donon jusqu’au Hohneck.
- Au sud et au sud-est : Epinal et Rambervillers.
- A l’Ouest : la colline de Sion.
Pour finir, nous avons visité le village avec ses vieilles fermes et sa fontaine ornée d’une sculpture de Démeter, la déesse de la nature.

11 octobre : fête de la science à Bouxurulles (20p)
Nous avons participé à plusieurs activités organisées lors de la fête de la science à Bouxurulles : conférences, expériences et démonstrations.

4 octobre : Eurobirdwatch (32p)
Dès l’aube, les spotteurs étaient installés à Rugney pour suivre la migration des oiseaux. Une trentaine de personnes ont été accueillies dans la matinée sur ce site qui a déjà vu passé près de mille rapaces et deux cents cigognes depuis le mois d’août.
Créé en 1993 par BirdLife International, alliance mondiale de protection de la nature et des oiseaux, représentée dans plus de 100 pays, l’Eurobirdwatch est un phénomène d’exception qui se déroule chaque année lors du premier week-end d’octobre. Nous avons expliqué que la migration est très différente selon les espèces : certains vont jusqu’en Afrique australe alors que d’autres s’arrêtent chez nous. Elle constitue un périple semé d’embuches pour les oiseaux : aux obstacles naturels (prédation, tempêtes, reliefs…) s’ajoutent les conséquences des activités humaines (destruction des habitats, infrastructures aériennes, chasse abusive, pollutions chimique et lumineuse).
La présence de brouillard n’a pas permis d’observations jusqu’en milieu de matinée. Ce fut donc l’occasion de s’initier à la reconnaissance des espèces par leurs cris. Nous avons pu différencier la Bergeronnette grise du Pipit farlouse et la Linotte mélodieuse du Chardonneret élégant.
Lorsque la chaleur du soleil a dissipé les brumes, nous avons évalué le passage des pinsons, des pigeons ou des grives qui sont passés par dizaines. La matinée fut couronnée par le survol de onze Grandes Aigrettes et de douze Milans royaux.

26 septembre : brame (23p)
Nous sommes allés à Badménil pour écouter le brame du cerf. Après avoir pique-niqué au coucher du soleil, nous avons marché sur un chemin forestier. Les cerfs bramaient de chaque côté et leurs cris rauques résonnaient autour de nous dans la forêt. Nous avons également entendu une Chouette hulotte et nous avons découvert un ver luisant au bord du chemin.

20 septembre : AG du CPN (9p)
Nous nous sommes retrouvés pour faire le bilan de l’année écoulée et préparer les futures activités.
Le compte-rendu est disponible sur demande.

13 septembre : forum des associations (12p)
Il n’y a pas beaucoup de monde qui est venu au forum et les échanges n’ont pas été très fournis entre les différentes associations. Heureusement que nous étions aux côtés d’ « Exquis mots », la nouvelle association de la bibliothèque.

24 août : marche populaire de Charmes (20p)
Nous avons participé à la marche populaire de Charmes. Le parcours était varié et commençait depuis le village de Langley. Ensuite nous sommes passés à travers les champs, puis la forêt et nous sommes revenus par l’étang d’Essegney.
Nous avons fait quelques observations intéressantes : 80 Milans noirs et 1 Balbuzard pêcheur en migration. Deux jeunes Faucons hobereaux certainement issus d’une nichée locale se poursuivaient dans les airs. Nous avons découvert une reproduction de Sonneurs à ventre jaune : il y avait deux adultes et des têtards à différents stades (sans pattes, avec deux ou quatre pattes).


8 août 2014 : étoiles et papillons de nuit (18p)
Le CPN a participé à l’enquête « Insectes et Ciel Étoilé » qui propose à tous, petits et grands, d’aider les chercheurs à mieux comprendre l’impact de l’éclairage artificiel sur la biodiversité. Qu’en est-il des insectes nocturnes et comment évaluer cet impact ? C’est à cette question que nous propose de répondre l’enquête participative « Insectes et Ciel étoilé », un projet initié par Noé Conservation, le Muséum national d’Histoire naturelle et l’Association Française d’Astronomie dans le cadre du programme de sciences participatives Vigie-Nature.
Le CPN s’était rassemblé à Brantigny pour organiser cette activité. Le conseil municipal du village a décidé dernièrement de supprimer l’éclairage public pendant l’été. Il n’y a donc plus de pollution lumineuse pendant cette période. L’observation du ciel est facilitée et les animaux ne sont plus perturbés.
Nous avons tout d’abord admiré les étoiles. Saturne et les cratères de la lune étaient bien visibles à la longue-vue. Nous avons découvert quelques constellations : la Grande ourse, la petite ourse avec l’étoile polaire, mais aussi Cassiopée et le Cygne. Par contre le Lion n’était pas visible à cause des nuages.
Ensuite nous nous sommes intéressés aux insectes nocturnes. Un drap tendu au sol était éclairé par une ampoule pendant une heure de temps. Ce dispositif a permis d’attirer un grand nombre d’insectes : lépidoptères (papillons de nuit), punaises, coccinelles, carabes, fourmis, moustiques et tipules.


« Insectes et Ciel Étoilé » propose à tous, petits et grands, d’aider les chercheurs à mieux comprendre l’impact de l’éclairage artificiel sur la biodiversité.
Qu’en est-il des insectes nocturnes et comment évaluer cet impact ? C’est à cette question que vous propose de répondre l’enquête participative « Insectes et Ciel étoilé », un projet initié par Noé Conservation, le Muséum national d’Histoire naturelle et l’Association Française d’Astronomie dans le cadre du programme de sciences participatives Vigie-Nature.
C’est la première enquête de sciences participatives dotée d’un protocole double alliant observation des étoiles et biodiversité. Ouverte à tous, elle ne nécessite ni matériel compliqué, ni compétences préalables en astronomie ou en entomologie : un guide est à disposition des participants pour vous aider à reconnaître les insectes et les étoiles. Vous pouvez le télécharger ci-dessous en version complète ou bien sélectionner uniquement les parties dont vous avez besoin.
On pourrait penser que la nature dort la nuit, mais c’est tout le contraire ! En effet, l’environnement nocturne est d’une diversité extraordinaire : il existe en France métropolitaine près de 20 fois plus d’espèces de papillons actifs la nuit que de papillons de jour et, par nuit noire, on peut voir l’été près de 2 000 étoiles dans le ciel ! 
Hors, les étoiles sont de moins en moins visibles dans les grandes agglomérations. L’éclairage artificiel nocturne s’est en effet fortement développé en France et représente aujourd’hui près de 40 % de la facture d’électricité des communes. Un certain nombre d’études montrent par ailleurs que de nombreux organismes sont impactés par la pollution lumineuse (oiseaux, chauves-souris, reptiles...). 



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire