La vie d'une ruche

Février et mars
C’est le réveil de la colonie. Les individus qui ont survécu au froid de l’hiver profitent des
températures qui les réchauffent. Ils commencent à pointer le bout de leurs antennes sur la planche
d’envol de la ruche.

Si l’hiver a été long, comme en 2010, les réserves en miel dans la ruche sont peut être épuisées.
L’apiculteur soucieux du bien-être de ses abeilles, peut leur donner un complément de nourriture
avec des nourrisseurs remplis de miels de colza par exemple.
C’est la période des premières sorties. L’objectif pour les abeilles est de trouver les premières
fleurs : noisetier et saules dans la nature, crocus et jacinthes dans les jardins. Il est essentiel de
rentrer du pollen dans la ruche car il alimente le couvain. En effet, la reine recommence à pondre.



Les abeilles d’hiver vont mourir progressivement et vont être remplacées par les abeilles d’été.

Avril, Mai et juin
C’est la période de plein boom dans la ruche. Les prés et les vergers se couvrent de fleurs
(pissenlits, cerisiers…) et les abeilles rapportent de plus en plus de nectar et de pollen. Cette activité intense stimule la reine qui pond de plus en plus d’œufs, jusqu’à 2000 par jour ! Elle peut donc manquer de place et pondre dans les hausses qui servent à récupérer le miel. Les effectifs de la ruche vont augmenter énormément, jusqu’à 60 000 abeilles, voire plus.
Quelques cellules à reine sont établies, et, une semaine environ avant la naissance des nouvelles reines, l’ancienne reine quitte la ruche, avec la moitié des effectifs de toutes les catégories d’ouvrières, pour former un essaim. Les abeilles s'étant gavées de provisions, en vue de leur départ, ne peuvent pas piquer : un essaim est donc inoffensif.

Pour l’apiculteur de plaine, deux grosses productions vont se succéder : le colza (fin mai) et l’acacia (mi juin).
Rappelons que les insectes jouent ainsi un rôle important dans la pollinisation des plantes à fruits (tomates, mirabelliers, pommiers…) et par conséquence dans l’alimentation de l’homme...






Juillet et août
Dans la ruche, le maintien d'une température constante (36°) et d'un certain degré d'humidité est
primordial pour la conservation du miel et pour le couvain. En été, les abeilles doivent donc lutter
contre les grosses chaleurs. Pour cela, elles battent des ailes pour ventiler la ruche.
Pour l’apiculteur de montagne, c’est la période des miellées de sapin. Les abeilles vont chercher
une substance sucrée produite par les pucerons qui sucent la sève des sapins. Ensuite elles en font
du miel de sapin.



Septembre, octobre et novembre
C’est une période importante pour la ruche avant de passer l’hiver. D’une part il faut que la reine
ponde beaucoup d’œufs pour qu’il y ait un grand nombre d’abeilles qui devront survivre au froid.
D’autre part il faut qu’il y ait suffisamment de réserves pour pouvoir les nourrir. Les abeilles
rentrent les derniers nectars issus des fleurs d’automne comme les asters.


Décembre et janvier
L’hiver est une période d’inactivité pour tous les insectes et en particulier pour les abeilles.
Pour celles qui sont nées en automne, il s’agit de survivre aux conditions très difficiles pendant
plusieurs mois. Pour cela, elles se rassemblent en grappe compacte au centre de la ruche
pour assurer la thermorégulation. Serrées les unes contre les autres, elles gardent une
température qui reste à 20-25°C au centre de la grappe et qui ne descend pas en-dessous de 10°C
à l’extérieur. Elles continuent à s’alimenter en miel sur les réserves accumulées pendant l’été.
Il est essentiel de ne pas ouvrir la ruche, car le froid s’engouffrant dans la ruche pourrait être fatal
aux abeilles.







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire